06 octobre 2007

Retour en Normandie

de Nicolas Philibert 4/5 Un documentaire existentiel au charme et à la délicatesse d'antan (voix off atone du cinéaste façon "nouvelle vague"). Au-delà du fil conducteur originel : retourner à la rencontre d'agriculteurs Normands devenus trente ans auparavant les acteurs d'un drame de René Alliot, Nicolas Philibert se cherche dans son film en éparpillant ses idées et initiatives, au risque de l'égarement. Mais cette audace assure la profondeur et la sincérité d'un fébrile et fascinant projet humain.
Posté par prenomjulien à 17:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 octobre 2007

99 francs

de Jan Kounen 1/5 Cette adaptation n'est pas seulement médiocre et tape-à-l'oeil (innombrables délires visuels en images de synthèse tous aussi insipides les uns que les autres), elle est aussi pathétiquement peu drôle. Mais on n'est pas trompé sur la "marchandise" quand on lit la filmographie du réalisateur et celle de Jean Dujardin pour ce genre de rôles beaucoup plus adaptés aux sketches télévisuels. Il y a même une scène de deux minutes dans 99frs qui est hilarante (sur 1h40 c'est un peu court). Mais le pire c'est surtout le... [Lire la suite]
Posté par prenomjulien à 13:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 octobre 2007

Tout est pardonné

de Mia Hansen-Love 4/5 La très grande simplicité du film lui confère de manière assez inattendue une aura très profonde et émouvante. Mais sa vraie force c'est de laisser naviguer le spectateur en eaux inconnues et imprévisibles, entre légèreté et gravité, du début jusqu'à la fin. (J'en ai assez de lire à tous les coups ces remarques très condescendantes qui n'ont aucun sens : "pour un premier film". Celui-ci est très beau, qu'il soit premier ou dernier).
Posté par prenomjulien à 13:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 septembre 2007

Control

d'Anton Corbjin 3/5Comment dissocier la jubilation de voir Ian Curtis incarné 2h à l'écran du doute qu'un tel fantasme ne frôle le blasphème ? Le défi est pour ma part remporté par un réalisateur qui n'est pas quelqu'un de neutre dans l'histoire visuelle de la musique rock post 77 (photographe et clipper reconnu). La qualité graphique de Control, avec ce très audacieux parti-pris de noir et blanc, confère au film une atmosphère entre réalisme et romantisme qui conserve avec le mythe une distance idéale. Mais quelle est la profonde... [Lire la suite]
Posté par prenomjulien à 17:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 septembre 2007

Alexandra

d'Alexandre Sokourov 3/5 Le cinéaste filme toujours justement et gravement. Un récit autant minimal qu'improbable : la grand-mère d'un soldat officier russe vient lui rendre visite quelques jours dans son camp militaire installé en Tchétchénie. Lenteur et incommunicabilité achèvent cette très audacieuse partition humaniste. Je mets néanmoins un léger bémol personnel à propos de la construction psychologique étrangement trop chargée du personnage de la femme âgée (plutôt exaspérante par certains moments, mais ce n'est que mon... [Lire la suite]
Posté par prenomjulien à 17:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 septembre 2007

Un homme perdu

de Danielle Arbid 2/5 Les premiers plans annoncent toute la suite. On ne sort pas d'une stylisation artificielle et d'un mutisme qui doit être pris au premier degré, la cinéaste n'a pas grand chose à dire, ou des choses déjà dites cent fois dans ce genre récit. Les traumatismes humains liés aux oppressions politiques en tout genre sont parfois les prétextes scénaristiques faciles des auteurs réalisateurs engagés.
Posté par prenomjulien à 17:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2007

L'histoire de Richard O.

de Damien Odoul 4/5 Mathieu Amalric est vraiment irrésistible. Autant dans ce presque contre emploi qu'ailleurs. Et Damien Odoul ne flirte jamais avec l'obscénité dans ce film aux nombreuses scènes de sexe explicite, tout est beau, essentiel, et surtout vivant.
Posté par prenomjulien à 21:22 - Commentaires [3] - Permalien [#]
22 septembre 2007

La mariage de Tuya

de Wang Quan'an 1/5 Ce n'est pas parce qu'un film décrit l'itinéraire de gens humbles, courageux et sous-représentés car vivant dans des coins du monde pauvres et reculés, qu'il faut se prosterner naïvement. Je n'y ai rien vu d'autre qu'un banal drame sentimental déguisé sous couleurs locales. Le point que je donne c'est pour les honnêtes tentatives documentaires pour vaguement faire exister ces modes de vie. Mais il suffit d'aller revoir n'importe quel film de Jia Zhang Ke pour que saute aux yeux la différence de classe entre ces... [Lire la suite]
Posté par prenomjulien à 14:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 septembre 2007

Charly

d'Isild Le Besco 5/5 Formidable démonstration de ce que l'on peut faire presque seul muni d'un camescope dv. Les soeurs Le Besco (Isild et Maïwen) ont le cinéma dans le sang.
Posté par prenomjulien à 18:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 septembre 2007

La question humaine

de Nicolas Klotz 5/5 L'autre film indispensable de la rentrée avec la Palme d'or roumaine. Dans un style très différent, mais tout aussi bouleversant.
Posté par prenomjulien à 19:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]