28 juin 2008

Tabarly

de Pierre Marcel 3/5 Ce film pose peut-être involontairement une question essentielle sur la notion de popularité médiatique. Un champion doit-il faire l'objet d'une totale attention sur sa personnalité alors que ce qui le distingue des autres ne sont que ses exploits sportifs ? Durant la première moitié du film domine surtout l'impression d'assister à un banal documentaire historique sur la course à la voile, dont la focalisation sur Eric Tabarly montre un peu les limites de la fascination stérile. Mais dans un second temps le... [Lire la suite]
Posté par prenomjulien à 15:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2008

"Tu es mort pour rien mais enfin ta mort prouve que les hommes ne peuvent rien faire au monde que mourir, que s'il y a quelque chose qui justifie leur orgueil, le sentiment qu'ils ont de leur dignité - comme tu l'avais ce sentiment-là toi qui as été sans cesse humilié, offensé - c'est qu'ils sont toujours prêts à jeter leur vie, à la jouer d'un coup sur une pensée, sur une émotion. Il n'y a qu'une chose dans la vie, c'est la passion et elle ne peut s'exprimer que par le meurtre - des autres et de soi-même." Drieu La Rochelle
Posté par prenomjulien à 16:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juin 2008

Phénomènes

de M. Night Shyamalan 2/5 La mise en scène de Shyamalan est toujours aussi sophistiquée pour susciter l'effroi, le suspens et la pulsion scopique (si chère au cinéma d'Hitchcock). Mais derrière cette mécanique qui en roule (auto-lol), qu'est-ce que ce conte ni vraiment fantastique ni vraiment fantaisiste nous dit-il ? C'est là que pêche l'ultra premier degré de la narration. Comment imaginer que le cinéaste puisse confondre science et intuition ésotérique sortie tout droit d'un épisode de Scoubidou ? Devrait-on expliquer aux... [Lire la suite]
Posté par prenomjulien à 21:29 - Commentaires [3] - Permalien [#]
14 juin 2008

A swedish love story

de Roy Andersson 5/5 Quelle ne fut pas ma surprise en me rendant compte à la sortie de la projection qu'effectivement le film datait bien de 1969 (j'avais cru à une coquille sur le site mk2). Je ne pensais pas une seconde que ce si brillant cinéaste ait pu connaître une carrière aussi creuse (4 films en 40 ans). Surtout que cette première oeuvre, réalisée à 27 ans seulement, témoigne d'une maturité esthétique à ma connaissance sans précédent. Je soliloquais intérieurement durant la projection : "le nouveau Bergman". Mais même en... [Lire la suite]
Posté par prenomjulien à 17:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2008

Sparrow

de Johnnie To 5/5 Flamboyant est le mot juste pour parler de cette mise en scène qui arriverait presque à faire passer Wong Kar Wai pour un réaliste. Mais au-delà de ce savoir-faire époustouflant, tout conserve jusqu'à son terme cette humble touche de légèreté avec ce sens profond du dérisoire propre aux grandes oeuvres.
Posté par prenomjulien à 12:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2008

JCVD

de Mabrouk el Mechri 5/5 Le projet a ceci d'unique qu'il s'articule intégralement sur la double lecture fiction/réalité basée avec la plus grande sincérité sur le personnage public Jean-Claude Van Dame au parcours professionnel et médiatique on ne peut plus édifiant. Evénement de taille : on découvre qu'il est un vrai acteur (et dans un registre sobre). Sans rentrer dans les mécaniques du scénario, je tiens à affirmer que le résultat est admirable parce qu'on ne pourra sans doute jamais avoir de meilleure occasion de jouer sur la... [Lire la suite]
Posté par prenomjulien à 20:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 juin 2008

Maradona par Kusturica

d'Emir Kusturica 2/5 Comme dernier mythe révolutionnaire post Che Guevarra, comme troisième voie d'analyse psychanalytique après Freud et Jung, ou encore comme entité symbolique transcendant vie et mort, en parallèle avec le romantisme de la vision du tango argentin selon Borges, Kusturica ne cesse d'ériger le footballeur phénomène en demi-dieu sur toute la longueur de son film et ceci sans la moindre marque de retenue... Ce n'est pas que la personne ne soit pas digne d'intérêt ou qu'elle soit complètement à côté de la plaque... [Lire la suite]
Posté par prenomjulien à 14:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]